Dessins et fichiers exportables


De manière générale et quel que soit le mode de production choisi, le format DWG sera privilégié afin de fournir les fichiers au plus proche des opérations de découpe (peu de mise en forme supplémentaire). Le format PDF, très commun, sera choisi pour exporter rapidement vos fichiers en nous laissant le soin de leur nettoyage. Le format STL est destiné spécifiquement aux objets tridimensionnels (impression 3D, défonçage par balayage).

De manière générale, vous pouvez utiliser le logiciel de dessin vectoriel de votre choix à même d’exporter ces formats. Une chose importante à comprendre pour la réalisation de plans de découpe 2D est que les outils de découpe numérique ne comprennent que les lignes jointes qui seront les chemins que l’outil suivra. Tous les autres éléments sont donc à proscrire (surfaces, groupes, etc.). Les utilisateurs d’Illustrator et d’Archicad feront particulièrement attention à cette donnée sachant que l’exportation depuis ces plateformes produits nombre d’éléments parasites.


Dessiner à l’échelle 1/1 et au mm

Les fichiers sont à composer en ayant à l’esprit les dimensions des machines et les dimensions des consommables (plaques). L’introduction de ces gabarits dans des fichiers à l’échelle de dessin 1/1 et avec le mm comme unité est nécessaire pour la bonne suite des opérations.

Les formats sont à disposer horizontalement afin de respecter les orientations des machines et dans la mesure du possible nous vous proposons de fournir un seul fichier contenant l’ensemble des planches à découper. Les dimensions des machines à commande numérique Cute Cut sont :

  • Défonceuse 3-Axes: 1200mm x 800mm  ( > 3m, travail en plusieurs temps)
  • Découpe Laser :           650mm x 450mm
  • Imprimante 3D:           240 mm x 200 mm x 150 mm

Afin de faciliter les opérations des découpes, il est demandé de prévoir une marge de 10 mm aux bords de ces formats.


Séparation des opérations par couleurs

Chaque catégorie de couleurs de trait pourra bénéficier de paramétrages différents (ordre, profondeur, vitesse de découpe, puissance du laser, etc.) Le dessin sera donc pensé afin de séparer chacune des opérations au travers des couleurs. Les découpes intérieures (par exemples les fenêtres d’une façade) doivent techniquement être réalisées avant les pourtours (profil de la façade), il s’agit donc de les différencier.


Niveau de détail

Le comportement du matériau, son épaisseur et les limites techniques définissent un niveau de détail de dessin au-delà duquel il s’agit de ne pas aller. En effet, la pièce peut devenir trop fragile et se casser ou le détail imaginé n’est pas visible. Trop de détails peuvent même abîmer le matériau par répétition d’opérations dans une zone ténue.

Pour les découpes dans une plaque, la règle empirique suivante est valable: le détail le plus petit ne doit pas être inférieur à l’épaisseur de la plaque usinée. Cette règle est particulièrement valable pour les plaques de faibles épaisseur (jusqu’ 5 mm).


Fichiers propres

Afin d’être utilisable par les différentes machines et ne pas produire d’aberrations, une série de points doivent être vérifiés:

Pour les dessins 2D : Élimination des doublons et des objets trop petits (souvent invisibles), fermeture et vectorisation des courbes (obtention de polylignes interprétables par les machines à commandes numérique), déclinaison des formes finies souhaitées en parcours outils (dépendant de l’outil utilisé, notamment la taille des fraises pour la CNC).

Pour les modèle 3D: Vérification des rayons de courbure, bords non-joints ou non-manifolds, présence de trous, triangularisation correcte ( Paramètres de polygonisations)